TPE réalisé par Floricia, Oriane et Cyrille (Lycée de Villaroy - Guyancourt)

Cuivre interprétation

Explications:

Nous avons voulu créer des graphiques retraçant l’évolution de l’atrazine dans la Beauce. Mais la Beauce a une grande superficie et s’étend sur des centaines de villes.Nous avons donc choisi 6 ville situées à différents coins de la Beauce pour lesquelles nous avons recueilli les données correspondant aux polluants choisis. Puis nous en avons fait des graphiques.
Ces villes sont : Fontainebleau, Chateaudun, Pannes, Orléans, Pithiviers et Gien.

Pour le cuivre aucune données n’a été recueilli pour Fontainebleau en raison de son absence dans les eaux souterraines de cette ville.

Restrictions:

Arreté du 2 février 1998: Cet arreté défini une concentration limite de cuivre dans les rejets aqueux des industrie à  5 mg/m3

Dégradation du cuivre:

Le plus stable des radioisotopes du cuivre est 67Cu et a une demi-vie* de 61,83 heure. Le moins stable est 54Cu qui a une demi-vie d’environ 75 ans. La plupart des autres ont une demi-vie inférieure à une minute.

La demi-vie du cuivre dans le sang est de 13 à 33 jours après ingestion de 0,29 mg de 67Cu.

* La demi-vie est le temps mis par une substance (molécule, médicament ou autres) pour perdre la moitié de son activité pharmacologique ou physiologique.

Orléans :

cuivre orléans bon

En 1991 ,la concentration moyenne de cuivre est de 9 µg/L et la médiane est de 10µg/L. Ces deux concentrations augmentent fortement jusqu’à atteindre 15 µg/L en 1992. S’en suit une baisse jusqu’à atteindre 5 µg/L en 1993 pour les deux concentrations .  Elles augmentent de nouveaux jusque 9 µg/L pour la concentration moyenne et 10µg/L pour la concentration médiane  en 1994. Les deux concentrations valent ensuite environ 6µg/L en 1995 et stagnent ensuite autour de cette valeur .

Pithiviers :

cuivre pithiviers

La concentration médiane et moyenne de cuivre stagnent de  1992 à 1999 . S’en suit une diminution de 1999 à 2000 jusqu’à 2µg/L pour la concentration moyenne et 1 µg/L pour la concentration médiane . Elle est suivie d’une augmentation jusqu’à 7.5 µg/L en 2002 et une diminution jusqu’à 2µg/L en 2007 pour les deux concentrations .

 

Chateaudun:

cuivre chateaudun

Les concentrations moyennes et médianes de cuivre est restée à 50µg/l de 1993 à 1998, elles ont ensuite augmenté pour atteindre 80µg/l en 1999 et sont restées à cette valeur jusqu’en 2002.

 

Pannes:

cuivre pannesLa concentration médiane est restée à 5µg/l de 1991 à 2003 et la concentration moyenne a stagnée à un peu plus de 5µ/l de 1991 à 2002. Elles ont ensuite baissées pour atteindre 0,001µg/l. Les concentrations ont ensuite augmentées pour atteindre 1µg/l en 2007.

 

Gien: absence de mesures du cuivre à Gien

 

Fontainebleau: absence de mesures du cuivre à fontainebleau

 

Conclusion:

Certains graphiques ne sont pas vraiment représentatifs de la quantité de Cuivre de la Beauce. Toutes nos données concernant les cuivres de Châteaudun étaient inférieur aux limites de quantification. Ces limites dépendent des laboratoires et de la précision du matériel utilisé. Les cuivres n’ont pas pu être quantifié de 1993 à 2002 à Châteaudun car leur concentration était trop faible, il y en a très peu. Beaucoup de données sur les cuivres pour les autres villes aussi sont aussi inférieur aux limites de quantification, mais dans la ville d’Orléans, la plupart des données sur le cuivre ont pu être quantifiés. Il y a peu de cuivre dans la nappe phréatique de la Beauce. Cela peut s’expliquer par le fait que la Beauce est une région agricole alors que le cuivre est très utilisé dans l’industrie. De plus, la densité de population est plus faible que d’autres régions de France, il y a donc moins de cuivre utiliser par les particuliers comme plomberie ou chauffage, donc il y en a moins qui est rejeté.

 Sur les graphiques des villes de Pannes, Pithiviers et Orléans, nous pouvons remarquer une baisse en 2005, elle peut s’expliquer par le fait que c’était peut être une année avec de fortes précipitations, les polluants étaient donc très dilués. Les pics d’augmentation de pollution, peuvent être dû à des années de sécheresse, où les polluants étaient très concentrés. De plus, l’isotope du cuivre le moins stable à une durée de demi-vie de 75ans, ce cuivre a donc put être rejeté des années auparavant. Les concentrations de cuivre ont globalement baissées dans le temps.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/32/d339796120/htdocs/tpe/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 399